Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 21:04

 

002-copie-2.JPG

 

Moulin du Bas de Savigny en Revermont, activé le 19 novembre 2011 par Laurent F8FSC/p au micro et Michel F8GGZ/p au log.

 

Situé sur un canal de dérivation d'une vingtaine de mètres et un canal de fuite de 50 mètres environ, le moulin du Bas de Savigny est probablement un ancien moulin seigneurial. M. Monnier écrivait en 1856 dans son ouvrage Description des communes de Saône et Loire: "La tradition y désigne la place d'une ancienne forteresse. C'est probablement le château-fort que prirent d'assaut, au mois de novembre 1591, les troupes du marquis de Treffort. Le moulin était au dessous du Pavé sur la rivière la Vallière".

 

En 1855, les statistiques indiquaient: Six roues à barills avec une chute de Deux mètres et une puissance de 14 chevaux. Cette usine a six paires de meules qui ne chôment pas: deux à blé, deux à maïs et deux à menus grains.

 

En 1874: Une paire de cylindres (machine à battre) pour battre le menu grain mus par une roue à barils dans une partie et trois paires de meules et deux blutteries avec mécanisme nouveau dans l'autre, le surplus avec mécanisme ancien.

 

Antoine Pernin, né vers 1860, a exploité ce moulin de 1904 à 1920 et son fils, Eugène, jusqu'en 1935 puis Aristide Ponsot  et son fils jusque dans les années 1950. Il y avait alors deux paires de meules dont une blandine pour les gaudes ainsi qu'une machine à battre le grain et une huilerie dans un autre bâtiment.

 

Actuellement, les deux bâtiments existent encore. Vers la fin des années 1960, la municipalité fit combler le canal de dérivation pour une meilleure évacuation des eaux de la Vallière en cas de crues. 

 

D'après le livre de Jean Brayard: Le bassin de la Vallière, ses cours d'eau, ses moulins et leurs meuniers.

 

Photo: Michel Godart

Repost 0
Published by f8ggz.over-blog.fr - dans Moulins Dpts 71 à 80
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 07:06

 

Moulin-de-Bacot-a-Sagy.JPG

 

Le moulin de Bacot a été activé le 12 février 2011 par Michel, f8ggz/p au micro et au log

 

Le moulin de Bacot, sur le ruisseau de la Follatière est un petit moulin situé sur un canal de dérivation de 220 mètres. Il n'y a pas de canal de fuite. Il est le dernier sur le ruisseau de la Folatière.

 

En 1855, les statistiques indiquent: Moulin dit de Bacot, deux paires de meules qui sont misent en mouvement par deux roues à barils, chute de 1,60 mètre. Cette usine chôme quatre mois et demi par an par manque d'eau. Ce moulin est en mauvais état.

 

Le 28 décembre 1857, l'ingénieur des ponts et chaussées le décrit ainsi: Le moulin de Bacot est situé sur le petit cours d'eau  de la Follatière à 2300 mètres à l'aval du moulin de la Broye et appartient au Sieur Coulon et un arrêté récent( 31 mars 1850) l'a réglementé. La chute est alimentée au moyen d'un canal de dérivation de 220 mètres de longueur, l'ancien lit subsiste encore bien qu'il soit en partie comblé. La plupart des riverains n'attribuent nullement à l'usine la situation déplorable de leur fonds. Habitués à les voir constamment en marais, ils en ont pris leur parti et leur ambition se borne à sauvegarder les dix ou quinze centimètres qui les séparent du niveau du bief afin de n'être plus exposés aussi souvent à laisser pourrir sur place ce qu'ils ont fauché ou à le laisser emmener par une innondation.

 

Les riverains demandèrent à juste titre la construction d'un réservoir qui aurait évité beaucoup d'innondations par fortes pluies au moment des récoltes de foin, sans obtenir satisfaction. (Le même problème se posait au moulin de Chantemerle).

 

Il a été à nouveau réglementé par arrêté préfectoral le 12 février 1863. Le droit d'eau a été abandonné par le meunier vers 1975.

 

Molinot a été meunier de la fin du XIXè siècle à 1912. On trouve ensuite Urbain et Arthur Rosain, remplacé par Goyot en 1928. Louis Maréchal et son frère l'ont ensuite exploité de 1936 à 1964. Louis et son épouse, puis son épouse seule, habitèrent le logement attenant jusqu'en 2000. Depuis 2002, le bâtiment du moulin, restauré, a été transformé en résidence secondaire.

 

Remarques: Vers 1922-1923, Marcel Mercier et Joseph Moine de Parmoins, hameau de Sagy, ont construit au moulin de Bacot une roue à barils métalliques incurvés. L'eau tombant sur une roue plus lourde augmentait la puissance. Le rendement était, avec moins d'eau, de 50% supérieur à la précédente roue. La roue à aubes dépannait en période de grandes eaux, principalement en hiver, car le niveau d'eau à l'aval réduisait la chute par engorgement.

 

Le moulin fonctionnait avec deux roues à augets et une roue à aubes qui faisaient tourner trois paires de meules, dont une paire de meules pour les gaudes.

 

Un détachement de FFI a stationné de juin à octobre 1944 au moulin de Bacot. Les deux frères Maréchal étaient alors prisonniers en Allemagne. Le moulin ne fonctionnait plus depuis 1940. Ce maquis dit "de Bacot", regroupait près d'une centaine d'hommes qui logeaient dans tous les bâtiments: moulin, habitation et dépendances. Ce détachement, qui faisait partie du groupe "Pigeon", implanté dans le Revermont tout proche, était commandé par le lieutenant Desmoulin. Une stèle commémorative a été apposée près du pont du canal de dérivation en bordure du chemin communal.

 

Renseignements tiré du livre de Jean Brayard: Le bassin de la Vallière, ses cours d'eau, ses moulins et leurs meuniers.

 

Michel, f8ggz

Repost 0
Published by f8ggz.over-blog.fr - dans Moulins Dpts 71 à 80
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 08:52

002-copie-1.JPG

 

Moulin de l'Abbaye

au micro et au log: Michel f8ggz/p

  

Ce moulin, directement situé sur la rivière Gizia, est toujours en excellent état et son propriétaire, monsieur Marius Villancher à de quoi en être fier.

Cet ancien moulin à grain, datant des années 1870, appartenait aux moines de l'abbaye du Miroir et à fonctionné jusqu'en 1960.

Il était actionné par une roue en fer à barils en dessous, toujours en bon état, de 1,90 mètre de diamètre pour une puissance estimée à 14 chevaux-vapeur, chute d'eau de 1,90mètre. 

Deux paires de meules, une pour le maïs et une pour le menu grain sont toujours en place.

Le barrage, comprenant six vannes, les poulies, les engrenages et les transmissions sont toujours en excellent état de fonctionnement.

Une turbine fontaine, datant également des années 1870-80, est toujours en activité et permet, au moyen d'un alternateur, la production d'électricité nécessaire aux besoins personnels de monsieur Villancher. La régulation de la vitesse s'effectue au moyen de vingt clapets et la puissance est de quatre kilowatts/heure.

 

Merci pour les renseignements monsieur Villancher.

Michel

 

Repost 0
Published by f8ggz.over-blog.fr - dans Moulins Dpts 71 à 80
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 16:18

004-copie-1.JPG

 

Le Moulin de Vernay

Au micro et au log: Michel f8ggz/p

 

Ce moulin est le premier sur la Vallière dans le département de Saône et loire. Il est situé directement sur la Vallière avec un important déversoir sur un canal de fuite qui rejoint la rivière à l'aval du moulin. il a été réglementé le 28 janvier 1845.

En 1855, il fonctionnait au moyen de trois roues à barils faisant tourner chacune une paire de meules, une à blé, une à gaudes, une à menus grains, avec une chute de 1,50 mètre pour une force hydraulique de huit chevaux.

Pendant tout le siècle dernier, il eut une très grande activité. Fernand Coulon, qui l'a exploité jusqu'en 1931, employait plusieurs ouvriers et charretiers. Il avait au moins trois paires de meules pour les céréales, une paire pour les gaudes et deux ou trois roues à augets ainsi qu'une roue à aubes.

Jacques Lamberger l'a ensuite acheté et a fait installer une turbine de 38 chevaux ainsi qu'un broyeur à gros débit. Un alternateur pour la lumière servait également pour la traite des vaches. Par la suite, la force motrice devint l'électricité. En 1987, Il fut racheté par Gérard Guillot qui l'exploita jusqu'en 1994. La coopérative du Val de saône loua ensuite les bâtiments, principalement pour le stockage des céréales récoltées dans les environs.

 

Repost 0
Published by f8ggz.over-blog.fr - dans Moulins Dpts 71 à 80
commenter cet article
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 10:40

001-copie-2 
Le moulin de Palette

Au micro et au log: Michel F8GGZ/p

 

 

Ce moulin est situé sur deux étangs d'une superficie totale de plus de 4 hectares et  sur le bief dit "Bief rouge" qui se jette dans le ruisseau de la Follatière, à l'amont du moulin de Bacot. Il a été construit à la limite des communes de Sagy (hameau des pins) et duMiroir ( hameau de Beffoux). A la fin du XIXème siècle, Claude-Marie Thomas, du hameau de Beffoux, a transporté lui-même les matériaux nécessaires à sa construction et l'a bâti de ses propres mains. Il l'a exploité jusque vers 1955, hormis pendant la guerre 1939-1945, période durand laquelle des voisins des deux hameaux l'utilisèrent pour leurs besoins personnels.

 

Marius Villancher, lui-même ancien meunier a acheté les étangs et le moulin au début des années 1990. Il avait refait la roue à augets en dessus qui a malheureusement été arrachée par les crues de 1999.

 

Repost 0
Published by f8ggz.over-blog.fr - dans Moulins Dpts 71 à 80
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 20:32

001-copie-1.JPG

Le moulin de la Grande Cheminée, activé sous la référence 71-018 le 11 décembre 2010 et réactivé le 24 décembre 2012.

 Au micro et au log: Michel, F8GGZ/p

 

Cet important bâtiment, dit "la Grande Cheminée" est situé au bord de la départementale 21 et proche de la rivière Sonnette au hameau de Chantemerle à Sagy.

 

Cette usine a été construite en 1888 par Pierre Jaillet, l'aïeul de Jean Brayard. Comme elle n'était pas sur un cours d'eau, une source fut canalisée et utilisée pour faire fonctionner une chaudière à vapeur qui actionnait une paire de meules à huile ainsi qu'une machine à battre le blé. Antérieurement, un moulin à manège pour la farine et une huilerie mus par un cheval fonctionnaient sur le site.

 

En 1878, les statistiques des ponts et chaussées indiquent: Cage bien construite et bien placée route de Beaufort. Avant-toit pour les voitures de gerbes. au rez-de chaussée, huilerie et à côté la machine à battre. Les éléments: manège, une paire de meules, u,n cylindre, une presse à bras, une paire de cylindres à vapeur.

 

Cette usine a fonctionné jusqu'en 1930. Les bâtiments sont aujourd'hui une résidence principale. La cheminée, haute de plus de trente mètres, est toujours en très bon état.

 Michel 

Photo: Moi-même f8ggz.

Repost 0
Published by f8ggz.over-blog.fr - dans Moulins Dpts 71 à 80
commenter cet article
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 10:06

Moulin du Bourg à Sagy

 

002.JPGAu micro et au log: Michel f8ggz/p

 

Cet ancien moulin seigneurial est situé à proximité de l'ancien château féodal aujourd'hui disparu. C'est probablement le plus vieux des cinq moulins de la commune puisqu'il éxistait déjà en 1174.

Il est construit sur un canal de dérivation de la Vallière d'une longueur de 200 mètres et le canal de fuite rejoint la rivière 50 mètres après le moulin.

Les partisans du célèbre chef de guerre franc-comtois, le capitaine Lacuzon, le brûlèrent le 22 mars 1641 en même temps que le bourg qui se trouvait alors à proximoté du château. Il fut reconstruit quelques années plus tard.

 

Au début du XIX ème siècle, il possédait quatre paires de meules. Côté sud, se trouvait le moulin à gaudes, un battoir à chanvre et une huilerie; Côté nord, deux moulins à céréales.

En 1844, l'arrêté préfectoral du 19 avril réglemente le droit d'eau.

En 1855, trois roues à barils (roues à augets ) et trois grandes roues à aubes font tourner cinq paires de meules auxquelles s'ajoute une sixième en 1863, soit: deux paires de meules pour le blé, deux paires pour le maïs et deux pour le menu grain. La chute est de deux mètres, la largeur du seuil de 5,25m .

En 1874, deux roues à aubes sont installées en remplacement des roues à barils, portant la puissance à 20 chevaux.

En 1928, l'équipement du moulin se compose de six paires de meules muent par quatre turbines.

Il brûle à nouveau en 1943 et est reconstruit sur les mêmes fondations.

Entre 1945 et 1981, ce moulin est une importante usine de fabrication d'aliments pour le bétail. Une vingtaine d'ouvriers y travaillent en deux équipes produisant 10 000 tonnes d'aliments par an (j'ai personnellement connu). 

En 1986, la réfection du seuil, son allongement à 23 mètres , l'installation d'un clapet automatique mis en place par le syndicat d'aménagement de la Vallière, permettent de maintenir le niveau d'eau à la hauteur du droit légal.

En 2001, le nouveau propriétaire du moulin a fait installé deux turbines d'une puissance totale de 109 chevaux (80kw/h) pour la fabrication d'électricité.

 

Informations recueuillies grâce à mon ami Jean Brayard.

Repost 0
Published by f8ggz.over-blog.fr - dans Moulins Dpts 71 à 80
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 14:14

 PICT0025

Moulin des Gobards à Savigny en Revermont, sur la Vallière.

 

Au micro: Michel F8GGZ/P

Au log: Laurent, F8FSC/P

 

Ce moulin est situé sur un canal de dérivation de la Vallière de 100m environ et un canal de fuite de même longueur.

 

Ce mouin a été réglementé par un arrêté préfectoral du 26 décembre 1827.

 

En 1855, les statistiquent indiquent: Moulin des Gobards ayant trois roues à barils qui font tourner chacune une paire de meules, une chute de 1,5m pour une force hydraulique de 12 chevaux, chômage pendant deux mois, huilerie à manège. Cette usine a quatre paires de meules: à blé, à maïs et à menu grain dont une paire de meules blandine pour la mouture des gaudes. Le bâtiment contenant au rez-de-chaussée trois pièces d'habitation au Sieur Pernin.

 

Dans le courant du XXe siècle, la force motrice faisait tourner une roue à aubes et trois roues à augets. Le moulin avait trois paires de meules dont une paire de  blandine pour les gaudes. Au sud, c'est-à-dire de l'autre côté du passage d'eau, existait également un moulin à huile qui a fonctionné certainement avant 1914. Il s'agit de l'ancien moulin à manège indiqué dans les statistiques de 1855. A noter que la roue à aubes et les meules à huile ont été offertes à l'antenne de Sagy de l'écomusée de Pierre-de-Bresse.

 

Isabel, de nationalité canadienne et son Mari Perry Macklin,de nationalité néo-zélandaise, les heureux propriétaires de ce moulin, en ont fait leur habitation principale et ont aménagé les greniers en gîtes.

 

Merci Isabel, pour l'accueil chaleureux que vous nous avez réservé et bons vols à votre mari.

 

Michel.

Repost 0
Published by f8ggz.over-blog.fr - dans Moulins Dpts 71 à 80
commenter cet article
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 14:36

 

 

001-copie-4.JPG 

 

Le moulin de la BROYE

 

Au micro Michel F8GGZ

Au log: Laurent F8FSC

 

 

C'était probablement, à l'origine, un moulin à ribe. Son nom viendrait du mot "broye", instrument servant à broyer le chanvre pour la fabrication du drap.

 

En 1885, les statistiques indiquaent: moulin de la Broye sur le bief de la Folatière, sur la commune de Flacey-enBresse , cours d'eau et usine sans importance. Elle est alimentée par deux roues à olives qui font tourner deux paires de meules, la force motrice est de trois à quatre chevaux.

 

Ce moulin a été exploité jusqu'en 1970 environ. En 1937, une turbine de 15 chevaux avait été installée et, par la suite, un moteur diésel. Le moulin possédait trois paires de meules de 1,35m de diamètre actionnées par deux roues à augets et une roue à aubes. 

 

Ce moulin n'a pas été démonté mais il est en très mauvais état.  

Repost 0
Published by f8ggz.over-blog.fr - dans Moulins Dpts 71 à 80
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de f8ggz.over-blog.fr
  • : Sans aucune prétention et le plus simplement possible, j'espère vous faire découvrir une infime partie du patrimoine châteaux, moulins, lavoirs ou autres que je puisse rencontrer lors de mes activations. En aucun cas je ne saurais prétendre être un connaisseur en la matière, j'essaie simplement, par la voie des ondes, par mon blog, grâce à tous les renseignements recueillis auprès des propriétaires, de revues, de livres ou tout autres, de ne pas laisser notre patrimoine tomber dans l'oubli. Si vous êtes propriétaire d'un moulin ou d'un château et que vous désiriez le voir activé et figuré dans mon blog, où que vous soyez en France, dites le moi, ce sera un but durant mes vacances, merci.
  • Contact

Recherche

Pages