Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 14:12

Moulin-du-bas-a-Arlay--2-.JPG

Le moulin du Bas ou moulin de St Vincent , DMF 39-073, activé le 31 décembre 2011 par Michel f8ggz/p au micro et Daniel f4gaf/p au log.

 

Ce moulin a été construit en 1798 près du pont de ce quartier par Antoine Germain, petit-fils de Claude Germain, meunier locataire en 1702 des deux moulins du château.

 

C'est M. Alexandre Choux qui en fit l'acquisition en 1936 auprès de M. Renard de Bletterans, qui lui-même le tenait de Mrs Chanussot d'Arlay, père et fils, qui se sont succédés. Ces derniers avaient remplacé dans les années 1925-1930 la roue à aubes par une turbine. M. Choux a exploité ce moulin en collaboration avec ses trois fils qui en ont gardé la propriété.

L'activité de ce moulin se prolongea jusque dans les années 1960.

 

Renseignements: HISTOIRE DES TROIS MOULINS D'ARLAY publié par l'Assosiation ARLAY-LOISIRS aimablement mis à ma disposition par M. Galetti.

 

Photo: Michel f8ggz

 

 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 11:28

Moulin-du-centre-a-Arlay.JPG

Le moulin du Milieu, activé le 24 décembre par Michel f8ggz au micro et Daniel f4gaf au log.

 

Nous savons qu'il fut vendu pendant la révolution, probablement par Mme de lauragais, en même temps que celui du Haut, aux Sieurs Michel et Jeunet, mais nous ne savons pas lequel de ces deux propriétaires, au moment du partage, prit possession du moulin du Milieu.

Mais nous savons que dans les années 1840, un conflit s'était déclaré entre M. Lajeunesse, propriétaire à cette date du moulin du Haut et M. Prudent, propriétaire de celui du milieu. M. Lajeunesse meprochait à M. Prudent de maintenir trop élevé le niveau de l'eau arrivant à son moulin. Il augmentait ainsi sa hauteur de chute et donc sa puissance disponible, mais du même coup provoquait une retenue au canal de fuite de M. Lajeunesse, ce qui diminuait le rendement de ses roues.

 

Le conflit fut réglé par un abaissement du déversoir situé en amont du moulin Prudent.

 

De 1895 à 1921, ce moulin devint la propriété de la famille Jaillot qui possédait déjà le moulin du Haut. En 1921, il fut vendu à Mme Robert, descendante de M. Abry d'Arcier.

 

Il se compose de deux bâtiments se faisant face de chaque côté du canal d'arrivée d'eau.

Sur la rive droite l'atelier de battage de la moisson, sur la rive gauche l'atelier des meules qui se prolonge, perpendiclairement au sens du courant, en habitation du meunier. Entre les deux bâtisses, comme pour le moulin d'en Haut, l'emplacement des roues à aubes. 

 

Dès 1895, ce fut M. Petitperrin, père de notre sympathique concitoyen d'Arlay, M. Ferdinand, qui fut meunier locataire jusqu'à sa mort en 1913. C'est grâce aux souvenirs d'enfance de M. Ferdinand Petitperrin que nous savons que ce moulin possédait trois roues à aubes à la partie inférieure desquelles l'eau était dirigée par des couloirs en maçonnerie dans lesquels la hauteur d'eau était réglée par des vannes. L'une commandait alternativement, par un système d'accouplement de deux demi-arbres, soit le battoir d'un côté, soit la meule à ma¨s de l'autre. Une deuxième roue commandait la meule à blé, la troisième une meule à céréales secondaires.

 

M. Petitperrin fut remplacé par M. Emile Bacheley qui assura le fonctionnement du moulin sans qu'aucune modification de soit apportée dans le matériel. Puis, en 1928, il quitta le moulin pour aller faire fonctionner celui du Bas, qui était à ce moment propriété de M. Chanussot d'Arlay, puis de M. Renard de Bletterans.

 

Pourquoi M. Bacheley a-t'l quitté le moulin du Milieu? Aucune confirmation n'en a été donnée, mais il semble que depuis cette date ce moulin ait cessé toute activité pour une raison que l'on peut deviner: son matériel était ancien, ses  roues en particulier étaient en mauvais état. (Les deux autres moulins étaient déjà équipés de turbines), nous étions en période de crise économique, il restait bien peu d'espérence pour l'avenir d'un troisième moulin à Arlay. dans ces conditions, il aurait été bien imprudent de réaliser des investissementsqui avaient peu de chance d'être rentabilisés. Mme Robert ferma donc son moulin, vendit son matériel, sauf les roues, et les bâtiments furent loués à usage d'habitation.

 

Lorsque M. Galeti acheta à Mme Robert, en 1968, les bâtiments et tous les ouvrages réalisés en vue de la dérivation et de la circulation des eaux, il reprenait un ensemble qui était resté 40 ans sans activité, et pratiquement sans entretien.

 

Il y réalisera un très important travail de rénovation en restaurant tous les ouvrages extérieurs, en aménageant l'atelier de meunerie en grande pièce de réception, agrémentée d'ailleurs de quelques vestiges qui perpétuent le souvenir des activités passées. Et puis il a conservé deux des anciennes roues à aubes, immobiles mais encore en place d'origine. L'une ,surtout, véritable pièce de musée, nous montre son système de rais composés de croisillons qui viennent se bloquer sur l'arbre de trnasmission, arbre de transmission qui n'est autre qu'un arbre bien équarri, venu tout droit du "Grand Bois d'Amont".

  Moulin-du-centre-a-Arlay--2-.JPG

 

Renseignements: HISTOIRE DES TROIS MOULINS D'ARLAY publié par l'Association ARLAY-LOISIRS et aimablement prété par monsieur Galetti que je remercie vivement ici.

Bravo et félicitations pour votre travail monsieur Galetti et merci de votre si sympathique accueil.

Photos: Michel f8ggz

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 09:21

Moulin-du-haut-a-Arlay.JPG

Le moulin du Haut à Arlay, DMF 39-071,  activé le 17 décembre par Michel, F8GGZ/p au log et Claude, F5MCC/p au micro. 

 

 

Ce moulin date du XIIème siècle.Il appartenait, comme le moulin du milieu, ausx seigneurs d'Arlay.

 

Nous connaissons deux des meuniers qui ont exploité ces moulins, M. Galefin en 1269, lors de la construction du moulin du milieu et beaucoup plut tard, M. Claude Germain, en 1702.

 

Les deux moulins furent vendus ensemble le 21 octobre 1791, en indivis aux Sieurs Michel et Jeunet, qui en firent partage en mars 1793.

 

En 1845, le moulin du Haut appartenait à M. Lajeunesse, puis fut vendu à la famille Jaillot, qui le posséda de père en fils jusqu'à son achat, en 1923, par M. Noblesse.

 

M. Noblesse venait d'Ourroux sur saône, au sud de Châlon, où il possédait un moulin. Soucieux d'établir son fils cadet en transmettant à son fils ainé l'exploitation du moulin familial, c'est à Arlay qu'il trouva une possibilité d'acquisition à son goût en 1923. Et son goût n'était pas mauvais puisque sa fille, Madame Creusat, n'a pas abandonné le moulin, appréciant le charme qu'ont conservé ces bâtiments après cessation des activités industrielles.

 

L'immeuble principal, bâti tout au long de la rive gauche de dérivation de la Seille, comportait en aval les appartements du meunier, rez-de-chaussée et étage, et en amont l'atelier du moulin.

 

Toute la longueur est actuellement transformée en habitation pour madame Creusat et ses enfants, M. et Mme Monneret.

En face de l'atelier de meunerie, sur la rive droite du canal, est construit le moulin à huile, désaffecté, et entre les deux ouvrages étaient situées deux roues à aubes.

 

Tout le matériel de meunerie a disparu.

Un acte notarié possédé par Mme Creusat et daté de 1911, précise qu'avant l'arrivée de la famille Noblesse, ce moulin comportait deux roues alimentées par dessus, cinq paires de meules (dont deux à l'anglaise), un battoir à blé, une huilerie et une scierie. Cette scierie était située dans l'alignement du local d'huilerie vers l'aval. Dans cette énumération de matériel ne figure aucun appareil de bluttage. On peut donc en déduire que ce moulin, avant l'arrivée de la famille Noblesse, ne produisait que de la farine complète, sans tamisage.

 

M. Noblesse modernisa son moulin dans les premières années de son installation, entre 1923 et 1925, adoptant la technique, nouvelle à cette époque, qui remplaça les roues à aubes par des turbines et les meules par des broyeurs à cylindres metalliques et en y ajoutant un système de blutage perfectionné.

 

M. Noblesse installa dans son moulin une turbine, toujours en place et en état, un trieur à grains, trois paires de cylindres et un planishter. Grâce à une augmentation de production et un prix de revient rémunérateur, il put diversifié ses activités en installant une boulangerie industrielle au rez-de-chaussée de son appartement. Il livrait du pain assez loins aux environs d'Arlay et put même obtenir un contrat de fourniture à l'armée. Saluons en cette occasion la mémoire du fils de M. Noblesse, qui travaillait avec lui tout en se dévouant, dans la Résistance, à la cause des alliés. Il fut brutalement arraché à sa famille et termina son existance victime des nazis.

 

Notre meunier appela alors à lui pour le seconder son gendre, M. Creusat, militaire de carrière qui, prenant sa retraite, vint s'installé avec son épouse à Arlay, où il assura, après la mort de M. Noblesse, la survie du moulin. Il cessa ses activités aux environs de 1960.

Moulin-du-haut-a-Arlay--2-.JPG

 

Renseignements: HISTOIRE DES TROIS MOULINS D'ARLAY de Monsieur Pierre Jacob, publié par l'Association ARLAY-LOISIR et aimablement prété par Monsieur Galetti que je remercie vivement ici.

 

Photos: Michel f8ggz 

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 08:51

DSCI0305.JPG

 

Le moulin Gauthier à Montagna le Reconduit, DMF 39-070, activé le 10 décembre 2011 par Michel, f8ggz au micro et Daniel, f4gaf au log.

 

Ce bâtiment est tout ce qui reste du moulin Gauthier qui a été en partie détruit comme on peut le voir sur cette photo prise par l'ami Laurent, f8fsc.

 

Comme pour le moulin de Montagna, si une personne peut me donner des renseignements sur ce moulin, je l'en remercie.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 21:03

Ancien-moulin-de-Montagna.JPG

 

L'ancien moulin de Montagna, activé le 3 décembre par Michel f8ggz/p au micro et au log sous la référence 39-069

 

 

Pas d'infos sur ce moulin sinon qu'il se trouve à 150 en amont du moulin Colas. Si quelqu'un possède des infos, je suis preneur bien évidemment.

 

Photo: Laurent f8FSC

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 21:02

Moulin-Colin-a-Conliege.JPG

 

Moulin Colin rue basse, lieudit "salot", sur la Vallière, activé le 04 février 2012 par Michel f8ggz/p au micro et au log..

 

Ce moulin, sur une dérivation rive droite de 50 mètres, est situé à 3 kkilomètres de la source de la Vallière dans les monts de Revigny. Il est la quatrième usine hydraulique sur les cinq moulins ou tournants de Conliège existant dans le passé.

 

Moulin à farine signalé en 1800. En 1855, il comprend un bâtiment rectangulaire abritant le logement et les meules à blé et à maïs, séparé par les roues hydrauliques d'un battoir à chanvre.

 

En 1861, ce moulin appartenait à Charles, Louis Bourdon, successeur du sieur Buchin. Il possédait trois paires de meules dont une pour le maïs et un battoir à chanvre. La chute de 3,20 mètres pour une force hydraulique de 14,4 chevaux faisait tourner quatre roues à augets en dessus.

 

Nous retrouivons ensuite un autre Charles Bourdon qui exerça jusqu'au début des années 1920. Le moulin comportait également une huilerie à noix et trois paires de meules dont une paire de blandines pour les gaudes.

 

Il fut ensuite exploité par Camille Colin, en 1931, puis par Noël Colin, son fils,  qui cessa son activité de meunier en 1996. Il fut le dernier meunier sur tout le cours de la Vallière à travailler avec la force hydraulique.

 

Aujourd'hui, ce moulin est aménagé en résidence principale pour Noël Colin et son épouse. Dans le grand moulin, la turbine subsiste et produit une partie du chauffage en hiver.

 

Source: Le livre de Jean Brayard: "Le bassin de la Vallière, ses cours d'eau, ses moulins et leurs meuniers".

Photo: Michel f8ggz

Grand merci à monsieur Noël Colin pour m'avoir fait découvrir les moulins sur Conliège et Vatagna.

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 07:27

Moulin-du-Bas-de-Conliege--2-.JPG

 

Moulin du bas de Conliège sur la Vallière.

 

Cet ancien moulin était situé sur un canal de dérivation de la Vallière qui longeait la route nationale 78 sur une longueur de 200 mètres. Le canal de fuite mesurait 30 mètres.

 

Sur le plan général du 4 janvier 1848 on peut lire: Moulin Girod avec un canal de dérivation qui longe la route royale N° 78, sur la rive droite et avec un important bâtiment en bordure de cette même route, le moulin et deux petits bâtiments, la forge et l'huilerie.

 

En 1861, le relevé des ponts et chaussées indiquait: Moulin ,huilerie et battoir à blé, moulin de Conliège sur Conliège au Sieur Martin Charles, François et battoir à blé au Sieur Millet. Cinq roues à augets en dessus faisaient mouvoir quatre paires de meules pour une chute de 3,30 mètres et une puissance de 15,2 chevaux vapeur.

 

En 1887, le moulin appartenait au dénommé Lhotelier.

 

En 1943, Roger Dumond, né en 1924, travaillait dans cet ancien moulin. Il existait encore deux roues à augets et une forte chute d'eau ainsi que le canal sur toute sa longueur.

 

Actuellement, les locaux ainsi que l'ancienne fabrique de jouets Monneret formant le même ensemble existent toujours. Jura tri occupe ces locaux.

 

Source: le livre de Jean Brayard: le bassin de la Vallière, ses cours d'eau, ses moulins et leurs meuniers.

Photo: Michel f8ggz

 

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 06:59

Moulin-du-centre-a-Conliege-001.JPG

Le moulin du Centre, sur la Vallière à Conliège, DMF 39-075 activé  le 14 janvier 2012. Au micro et au log: Michel f8ggz/p 

 

Ce moulin était situé sur un canal de dérivation de la Vallière d'une longueur de 700 mètres au centre de Conliège. Le canal de fuite mesurait 50 mètres.

 

Prise-d-eau-du-canal-d-amene-pour-le-moulin-du-centre-a-C.JPG

Prise d'eau du canal de dérivation sur la Vallière pour le moulin du centre.   

 

 En 1861, on notait: Moulin au Sieur Regnault Pierre. Moulin avec trois roues à augets en dessus faisant mouvoir trois paires de meules avec une chute d'eau de 3,30 mètres pour une puissance de 11,9 chevaux.

 

En 1887: Moulin veuve Rigoulot, ancien moulin Renovert.

 

Le plan général du 4 janvier 1848 signale la présence d'un canal de dérivation sous la place de Conliège, en dessous de l'église. Ce canal venait du ruisseau de la Diane et rejoignait le canal de dérivation de la vallière. 

 

La Diane se jette dans la Vallière en longeant la route nationale 78 et la traverse à environ 100 mètres plus bas.

 

Roger Rigoulet, né en 1902, pris la succession de son père Paul Rigoulet. Gilbert Rey, né en 1922, est le gendre de Roger Rigoulet; il a travaillé au moulin dès l'âge de quinze ans. A cette époque, le moulin avait deux roues à augets et deux paires de meules pour la mouture du blé, menus grains et manioc.

 

Selon monsieur Gilbert Rey, une paire de meules blandines pour la mouture des gaudes et un four à pain existaient dans les locaux.

 

Monsieur Prince Varescan prit la suite jusque dans les années 1960.

 

Aujourd'hui, les bâtiments sont transformés en logements.

 

Source: le livre de Jean Brayard: Le bassin de la Vallière, ses cours d'eau, ses moulins et leurs meuniers.

Photos: Michel f8ggz

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 20:29

Taillanderie-Philibert-a-Vatagna.JPG

 

Moulin Prost, dit martinet de Vatagna, sur la Vallière, sera activé le 18 février 2012 par Michel f8ggz/p 

 

Cette usine se trouve en fait en Conliège et Perrigny, compte tenu de la forme particulière de la commune de Montaigu qui forme un arc de cercle autour de la commune de Perrigny.

 

Etablie à la fin du XVIIIème siècle, cette usine était située sur un canal de dérivation de la vallière.

 

Le réglement d'eau du 14 janvier 1856 stipule: article 1-  Le Sieur Prost Jean-Baptiste est autorisé à maintenir en activité le martinet de Vatagna employé à forger les instruments aratoires qu'il possède sur la vallière au territoire de Montaigu. Article 2- le niveau légal de retenue est fixé à 1,25 mètre en contrebas de l'appui de la croisée du côté du canal d'amenée du petit bâtiment neuf servant de boulangerie, point pour repert provisoire, la plte-forme formant le dessus du piedestal de la croix à l'embranchement du chemin de Vatagna, à 1,81 mètre en contre-haut du repère.

 

En 1861, les statistiques indiquent que le moulin dispose d'une roue à augets en dessus pour une chute de 3,32 mètres et une puissance de 14, 9 chevaux-vapeur.

 

Cette usine a appartenu successivement aux familles Domange, Molin, Braillard et philibert.

 

Les trois frères Philibert: Léonard, Auguste et Emile l'ont exploitée dans la première partie du XX ème siècle, en même temps que la taillandreie de Nanc-sous-Sainte-Anne (Doubs), et ont cessé l'activité vers 1940-1950 après avoir vendu l'usine de Vatagna pour moderniser celle du Doubs.

 

L'établissement de Nanc-sous-Sainte-Anne fabriquait des faux et des outils tels que pioches, grappins etc...

 

Actuellement, le bâtiment de Vatagna le canal de dérivation de 20 mètres avec trois petites vannes existent encore.

 

Source: le livre de Jean Brayard: le bassin de la Vallière, ses cours d'eau, ses moulins et leurs meuniers.

Photo: Michel, f8ggz  

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 20:12

Moulin-a-huile-de-Conliege--2-.JPG

 

Moulin à huile du haut de Conliège,  DMF 39-074, activé le 7 janvier 2012 par Michel f8ggz au micro et au log. 

 

Cette usine est située sur une dérivation de la Diane, petit affluent de la Vallière, en direction de Briod.

 

Dans le procès-verbal du 6 juin 1852, le réglement d'eau du ruisseau de la Diane indique: article 1er: le sieur Vivant-Coca est autorisé à conserver l'usine qu'i possède sur une dérivation de la Diane, commune de Conliège.

Le régime hydraulique de cette usine, qui comprend une huilerie, un bassin à chanvre et un battoir à blé, est réglé ainsi qu'il suit: Article 2-  le canal de dérivation conservera sa longueur de 48 mètres, sa largeur  moyenne de 2 mètres ne pourra être augmentée.

 

Monsieur Raymond Danidaux a entendu dire que cette huilerie écrasait des noix et aurait cessé son activité pendant la guerre de 14-18 faute de personnel.

Actuellement le barrage existe toujours.

 

D'après le livre de Jean Brayard: "Le bassin de la Vallière, ses cours d'eau, ses moulins et leurs meuniers"

 

 Les bâtiments sont en pleine rénovation et les propriétaires envisageraient la remise en état du canal et de la roue dans le futur. (infos recueillie auprès des propriétaires)

Moulin-a-huile-de-Conliege.JPG Canal-de-fuite-du-moulin-a-huile-de-Conliege.JPG

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de f8ggz.over-blog.fr
  • : Sans aucune prétention et le plus simplement possible, j'espère vous faire découvrir une infime partie du patrimoine châteaux, moulins, lavoirs ou autres que je puisse rencontrer lors de mes activations. En aucun cas je ne saurais prétendre être un connaisseur en la matière, j'essaie simplement, par la voie des ondes, par mon blog, grâce à tous les renseignements recueillis auprès des propriétaires, de revues, de livres ou tout autres, de ne pas laisser notre patrimoine tomber dans l'oubli. Si vous êtes propriétaire d'un moulin ou d'un château et que vous désiriez le voir activé et figuré dans mon blog, où que vous soyez en France, dites le moi, ce sera un but durant mes vacances, merci.
  • Contact

Recherche