Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 04:16

moulin-de-chouze-002.JPG

Les deux moulins caviers des Pelouses à Chouzé-sur-Loire, activés le mercredi 9 octobre 2013.

 

A Chouzé-sur-Loire, ancien petit port actif au temps de la marine de Loire, trois moulins caviers sont les survivants de six existants jadis dans la commune. L'un, à l'écart, s'achemine doucement vers la ruine, abandonné de toute vie.

Non loin, dans la rue des Moulins la bien nommée, un groupe de deux moulins caviers, des XVIII et XIXème siècle, offrent un grand intêret architectural et éthnologique.

Le premier, de masse exagonale, construit avant 1780, possède un massereau (tour conique) peu élevé. La cage, disparue, était équipée d'ailes à toiles. Le plus grand, édifié vers 1815, de forme rectangulaire avec sa haute tour conique, (surélevée vers 1855), supportait la hucherolle aux ailes mécanisées en planches, de type "Berton".

 

Tous deux sont remarquables par leurs belles salles voûtées en tuffeau bien appareillées. Les maçonneries (masses des bâtiments) sont relativement en bon état, sauf la partie arrière écroulée du grand moulin, minée par les pluies, victime du peu d'intérêt et du manque d'entretien des hommes qui se sont succédés depuis l'arrêt de son activité en 1895...

 

A l'intérieur, construits semblablement, les deux moulins possèdent au centre, comme tous les caviers, la salle des meules et deux pièces adjacentes de chaque côté qui étaient réservées l'une à l'habitation, l'autre au stockage des sacs de blé et fûts à vins.

 

Un artiste anonyme a sculpté, dans le tuffeau du chambranle d'une porte, la tête d'un meunier, avec son bonnet caractéristique! (autoportrait??)

 

Dans le petit moulin, une pièce au sol en terre battue, à l'origine, était l'écurie de l'âne, compagnon indispensable au transport des sacs et du meunier.

Le grand moulin, avec sa grande cave au nord, qui était de toute beauté, permettait l'élaboration du vin grâce au pressoir et aux foudres en chêne installés là.

 

Stanislas Vallée de Champfleury, ancien batelier de la Loire, constructeur du grand moulin, s'était entouré d'une équipe de "pierreux" de talent qui ont fait des moulins des constructions harmonieuses. La Loire, au siècle précédent, occupait tout un monde de mariniers dont certains, lors du déclin de la batellerie, se "reconvertirent" en meuniers en s'employant aux moulins près du fleuve.

 

Il y a, en effet, une certaine analogie à conduire aux vents une gabarre du passé et la marche d'un moulin!

 

Lorsque deux moulins si près fonctionnaient ensemble, les ailes tournaient, paraît-il, dans le sens contraire l'une des autres pour éviter les remous d'air! Anecdote recueillie de la mémoire défaillante d'un vieux meunier, ou facétie de celui-ci?

 

Le grand moulin des Pelouses reste attaché à une partie de l'histoire tragique des hommes de la période troublée de la révolution.

 

En 1793, Nantes, dernier port sur la Loire, est sous la terreur du comité de Salut public installé par le ministre Jean-Baptiste Carrier, ancien clerc de notaire, devenu député du Cantal, envoyé à Nantes par le gouvernement révolutionnaire et chargé d'une mission: "épurer et purger le corps politique de cette ville de toutes les mauvaises humeurs qui y circulent contre la république"...(Jules Michelet, Histoire de la révolution française.)

 

Il va s'y employer avec Zèle en faisant mourir jusqu'à cent personnes par jour. Il a trouvé le moyen rapide pour cela: il noie nobles, bourgeois, prêtres, femmes et enfants compris en organisant des "baptêmes révolutionnaires dans la baignoire nationale" (la Loire)... Il a fait confectionner des bâteaux dont le fond s'ouvrait une fois rendu au milieu de l'estuaire. Les survivants à la noyade étaient exécutés au fusil par des tireurs sur la rive ou assommés par les rameurs des barques.

 

C'est ainsi que deux frères échappent à la noyade et sont cachés dans la gabarre d'un marinier de Chouzé-sur-Loire. Stanislas et Jean-Baptiste de Champfleury, négociants, sous le nom de Vallée, trouvent en ce port l'asile et la paix après ces événements tragiques.

 

Le temps de la paix civile est revenu; bien intégrés à cette commune, Stanislas s'associe à ses sauveteurs et devient marinier; son frère Jean-Baptiste s'emploie comme meunier aux moulins des Pelouses. Il fonde une famille par son mariage avec l'une des filles d'un meunier et édifie, vers 1819, avec son frère Stanislas, le grand moulin qui sera modernisé avec ailes en planches en 1855.

 

A l'arrêt de leur activité, les ailes furent démontées et les moulins connurent divers fonctions (entrepôts, séchage de tabac, concervation du vin en cave, boulangerie communale, logements de journaliers etc...) qui leur évitèrent la ruine complète, contrairement à leurs autres voisins disparus. Les hucherolles ruinées, menaçant de tomber, ont été démontées...


Ce bel ensemble, d'une architecture particulière à cette région, est en cours de réhabiliotation. Ses hôtes s'emploient à remettre en place les mécanismes de mouture qui avaient été dispersés et ont bien l'espoir que les moulins retrouvent un jour les hucherolles avec leurs ailes. Il méritent d'être sauvegardés, dans ce charmant village de meuniers et de bateliers du passé des bords de Loire.

 

L'ensemble des monuments a été classé Monuments historiques par arrêté du 18 septembre 1995.

moulin-de-chouze-001.JPG

                                                         L'intérieur du grand moulin

Renseignements recueillis dans le livre de monsieur Gabriel-Henri Penet,  propriétaire des moulins des Pelouses. Merci Monsieur Penet.

Photos: Mon beau-frère, Didier Lemaire à Bourgueil.

Partager cet article

Repost 0
Published by f8ggz.over-blog.fr - dans Moulins Dpts 31 à 40
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de f8ggz.over-blog.fr
  • : Sans aucune prétention et le plus simplement possible, j'espère vous faire découvrir une infime partie du patrimoine châteaux, moulins, lavoirs ou autres que je puisse rencontrer lors de mes activations. En aucun cas je ne saurais prétendre être un connaisseur en la matière, j'essaie simplement, par la voie des ondes, par mon blog, grâce à tous les renseignements recueillis auprès des propriétaires, de revues, de livres ou tout autres, de ne pas laisser notre patrimoine tomber dans l'oubli. Si vous êtes propriétaire d'un moulin ou d'un château et que vous désiriez le voir activé et figuré dans mon blog, où que vous soyez en France, dites le moi, ce sera un but durant mes vacances, merci.
  • Contact

Recherche

Pages